Menu Fermer

L’histoire du surf jusqu’à nos jours

Le consensus sur l’histoire du surf attribue aux Polynésiens l’invention de la « planche de surf Olo », qu’ils n’ont pas pu laisser derrière eux lorsqu’ils ont colonisé les îles hawaïennes vers 400 avant J.-C.

Grâce aux efforts d’une poignée d’individus influents, le sport des rois est toujours plus adopté partout dans le monde. Ce qui était autrefois une tradition ancienne est aujourd’hui une industrie de plusieurs milliards de dollars dont profitent des millions de surfeurs passionnés. Du bois flotté aux planches de surf spécialisées plus modernes comme les planches de surf hybrides, l’histoire du surf a fait un long chemin.

Un sport de roi

Les racines du surf se trouvent dans les îles polynésiennes. Sa signification culturelle historique ne peut être sous-estimée, car le surfeur de vagues le plus habile de la culture polynésienne primitive était traditionnellement le chef. Un Polynésien pouvait utiliser sa capacité à attraper et à surfer sur les vagues pour gagner en prestige social au sein de sa communauté. Aux Tonga, la tradition orale confirme que le roi Taufa’ahau Tupou IV était le surfeur tongien le plus talentueux de l’époque.

Dans des endroits comme Tahiti, Tonga et Samoa, le surf faisait partie intégrante de l’entraînement d’un guerrier. Les archives européennes décrivent comment les « guerriers en formation » ont chargé de grandes vagues pour montrer leur athlétisme, leur habileté et leur bravoure. Les Samoans ont même des mots pour décrire l’activité spécifique du surf comme « fa’ase’e » ou « se’egalu ».

Si certains historiens désignent les Péruviens pré-inca comme les premiers surfeurs, les origines du surf sont difficiles à prouver. Pourtant, il n’est pas difficile d’imaginer une découverte similaire du surf. Surtout si l’on considère que l’une des plus grandes vagues du monde, la Chicama, déferle dans le nord du Pérou depuis des milliers d’années. Si les premiers Péruviens n’ont pas inventé le surf, des preuves archéologiques suggèrent qu’ils ont probablement inventé le stand up paddle.

Hawaii

Les premiers Européens à assister au « sport des rois » ont été les membres d’équipage à bord du Discovery du capitaine James Cook en 1779. Après avoir échoué à trouver un passage du Pacifique Nord vers l’Atlantique, Cook a emmené son convoi jusqu’à la grande île d’Hawaï où ils ont vu les habitants de la baie de Kealakekua faire du surf. La tentative de Cook d’enlever le grand chef a entraîné sa mort, après quoi le premier lieutenant James King a pris la tâche de terminer la partie narrative du journal de bord du capitaine. King consacra deux pages entières à la description du passe-temps préféré de la classe dirigeante.

Les écrits de King introduisent le surf dans le monde occidental, même s’il ne s’agit que d’une ancienne curiosité hawaïenne pour le monde européen. À cette époque, les meilleures plages et les meilleures planches n’étaient accessibles qu’à la classe dirigeante à Hawaii ; les roturiers ne pouvaient pas surfer aux mêmes endroits avec le même équipement. Mais après que le contact avec l’Occident se soit développé vers la fin des années 1800, lorsque des auteurs comme Mark Twain et Jack London ont essayé le surf, les limitations de classes sociales ont pratiquement disparu, tout comme une grande partie de l’ancienne culture hawaïenne.

Duke Kahanamoku

Duke Paoa Kahinu Mokoe Hulikohola Kahanamoku reste l’une des personnes les plus influentes de l’histoire du surf. Ce natif d’Hawaï a été cinq fois médaillé olympique en natation. Kahanamoku a fait le tour du monde pour donner des démonstrations de natation et a profité de l’occasion pour partager son amour du surf en cours de route. En 1912, Kahanamoku s’est rendu en Californie du Sud pour planter les graines de la culture du surf.

La révolution californienne

Tom Blake a été l’un des premiers habitants du continent américain à adopter la culture hawaïenne du surf des vagues. Si Duke Kahanamoku est responsable de l’introduction du sport hawaïen dans le monde, Blake est responsable de sa transformation en un passe-temps national pour les Américains de la côte. 

En 1929, Blake a construit une planche creuse avec un squelette en bois pour le soutien, ce qui a permis de réduire considérablement le poids d’une planche de surf. Trois ans plus tard, Blake a reçu un brevet pour sa conception. Sa planche légère a ouvert le surf à des milliers de personnes qui ne pouvaient pas porter ces longues planches en bois massif de 200 livres. L’ajout d’un aileron ou d’une quille aurait fini par arriver, mais c’est Blake qui a eu l’idée d’en mettre un sur une planche de surf.

Bob Simmons

Simmons est le principal responsable de l’évolution moderne de la construction des planches de surf. Alors que Blake a fait évoluer le sport en abandonnant les lourdes planches en bois sans ailerons, Simmons a fait un pas de géant en introduisant des matériaux ultra légers et rigides dans une petite planche à deux ailerons axée sur la performance. Sans Simmons, nous serions encore tous sur des planches de surf longues et massives.

L’étude de Simmons sur la construction navale et les matériaux pour l’aviation l’a amené à développer un noyau en mousse de polyuréthane avec un longeron en bois pour le soutien interne. Il a enveloppé sa planche de surf profilée dans de la fibre de verre, un procédé qui reste encore aujourd’hui la base de la construction des planches de surf. La combinaison de la forme et des matériaux était complètement différente de la conception des planches de surf qui l’avait précédée. Presque du jour au lendemain, le surf est passé d’une activité de croisière à une activité de haut niveau.

L’avenir du surf

Si la décision de la World Surf League d’échanger Trestles contre le Freshwater Pro du Kelly Slater’s Wave Ranch (avec des vagues artificielles) est une indication, l’avenir du surf se déplace vers l’intérieur des terres. Pour de nombreux surfeurs, le plaisir de surfer consiste à exploiter la puissance de mère nature dans l’océan ; une vague artificielle ne suffira tout simplement pas.

Pour l’industrie dans son ensemble, se déplacer vers l’intérieur des terres est une opportunité incroyablement lucrative. Quant à savoir si c’est une bonne chose pour le surfeur moyen, c’est encore une question d’opinion. Les surfeurs vont-ils être plus nombreux à abandonner leurs spots locaux pour aller chercher les vagues parfaites dans un bar à surf ? Seul l’avenir le dira.

Une chose est sûre. Le surf est sur le point d’atteindre la scène olympique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *